Café en gros pour particulier : où acheter ?

Pour certains ménages, le café peut devenir un budget important, et certains consommateurs souhaitent pouvoir acheter du café en gros. Mais est-ce une bonne idée ?

Le café en gros : à partir de quelle quantité ?

Au Bonkawa, les particuliers peuvent bénéficier du même tarif que les professionnels sur le café, s'ils achètent autant qu'eux. Chez nous, la règle est simple : pour 10 kilos achetés, un kilo est offert. Si vous achetez des cafés différents, alors c'est le moins cher qui vous est offert.

Et combien de cafés faisons-nous avec 11 kilos ? Cela représente entre 1 100 et 1580 cafés, selon le grammage (7g pour un espresso léger, 10g pour un espresso qui a du corps et une belle intensité

L'importance de ne pas prendre trop de café

Attention cependant ! Si vous prenez trop de café en même temps, vous risquez d'être déçu sur la qualité en tasse : au fil des mois, même bien conservé, le café perd de ses qualités aromatiques

La DLUO de nos cafés est d'un an. Et comme nous torréfions notre café Bonkawa quasiment en flux tendu, partez du principe que vous avez un an pour le consommer, en gardant un maximum de qualités organoleptiques dans la tasse, grâce à nos paquets qui sont zippés et valvés (la valve de dégazage permet au CO² de s'échapper, mais ne laisse pas rentrer l'oxygène, qui viendrait oxyder votre café en grain).

Cependant, au bout de quelques mois, il y aura déjà quelques pertes au niveau aromatique.

Donc, si vous achetez du café en gros pour particulier mais que la quantité est trop importante, vous risquez fortement de perdre en saveur, pour un gain économique qui n'est pas si flagrant.

Attention aux fausses bonnes affaires

Le café est un milieu où il est difficile de réellement percevoir la qualité d'un café : combien de publicités de cafés industriels vantent des "grands crus", "cafés d'exception", etc ? On ne les compte plus. Alors comment éviter les fausses bonnes affaires ?

Un torréfacteur ne va pas baisser le prix de vente de son café pour n'importe quelle raison. La plupart du temps, c'est pour écouler des invendus … Et donc probablement un café moins frais ! Et attention à la DLUO : si effectivement elle est d'une bonne année, ce qui démontre que la torréfaction a été faite récemment, il est possible que le café vert lui, soit dans les stocks du torréfacteur qui propose la super promo depuis quelques années déjà.

De l'importance d'acheter au bon prix

Au final, qu'est ce que le bon prix pour un kilo de café en grain ? C'est celui qui correspond au niveau de qualité attendu dans la tasse. Pour un café industriel (les grandes marques de supermarchés), au-dessus de 14 € TTC le kilo, cela commence à devenir cher. Ca ne vaut pas plus !

Pour les cafés de torréfaction artisanale, il faut distinguer deux types de cafés : ceux qui sont dit de "spécialité" (note SCA supérieure ou égale à 80), et ceux qui ne le sont pas, mais qui seront toujours meilleurs que les cafés industriels, car les torréfactions sont plus fraîches, le grain vert de meilleur qualité, et la torréfaction mieux réussie.

Selon la provenance, un café artisanal qui n'est pas de spécialité oscillera entre 15 et 20 € le kilo. Au-delà, c'est un peu cher, même si parfois cela peut s'expliquer par une provenance où les récoltes sont moins importantes, et donc plus cher. Notamment sur les cafés en provenance des îles.

Un café de spécialité, son prix démarre généralement aux alentours des 20 € TTC le kilo. Et peut monter très haut (voir notre article sur les cafés les plus chers !).

Au Bonkawa, notre gamme de café oscille généralement entre 15.5 et 30 € TTC le kilo. Seuls nos mélanges "Kawa du Bureau" et "Kawespresso" ne sont pas des cafés de spécialité, car le robusta utilisé dans le mélange à une note SCA un peu en dessous des 80. Mais ces cafés ont été créés dans une optique de maîtrise des coûts pour nos clients professionnels, il fallait donc trouver le bon compromis !

Tous nos autres cafés de torréfaction artisanale Bonkawa sont en revanche des cafés de spécialités. On met à l'honneur les petits producteurs, les bonnes pratiques agricoles, et le savoir-faire des récoltants, de nos importateurs, et enfin de notre torréfaction !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire